Publications

Histoire – le tetherball

Le tetherball (de tether qui signifie attache, longe ; et de ball, balle) est une activité physique qui se pratique surtout en Amérique du Nord. Selon le site Total Tetherball [1], sa popularité n’est pas la même selon la région (dans le cas des États-Unis, il est plus pratiqué dans l’Ohio ou le Massachusetts qu’en Californie ou au Wisconsin).

Ce jeu est très similaire au speed-ball. Un manuel publié en 1909 [2] en explique les premières règles : un mât dépassant du sol d’environ 3 mètres (10 pieds) de haut est planté suffisamment profondément pour être très stable (environ un mètre dans le sol). Une marque noire est faite sur le mât à environ 1m80 du sol et un cercle est tracé tout autour de celui-ci. Une balle de tennis est attachée au sommêt de ce mât par une corde de lin ou du fil de pêche long de 2m20. Les parties se jouent avec des raquettes de tennis. Une ligne peut couper le terrain en deux demi-cercles et deux marques au milieu de chaque terrain peuvent indiquer l’endroit où l’on sert. Il est interdit d’entrer dans le cercle, sauf lorsque la balle ne peut plus être frappée autrement. Le but du jeu est d’enrouler la balle dans le sens où le joueur frappe (soit en sens horaire pour le joueur droitier coup droit et anti-horaire pour l’autre). Le premier joueur à servir est désigné à pile ou face (toss en anglais). Le point est gagné lorsque le fil est complètement enroulé autour du mât. Une partie se joue en 9 points, ou bien selon le choix des joueurs.

Ce jeu n’est donc pas bien différent du speed-ball, mise à part la hauteur du mât qui est très supérieure. Cependant les règles du tetherball ont changé depuis un siècle, pour se différencier plus nettement du speed-ball. Un manuel beaucoup plus récent de Jack Maguire nous permet d’apprendre les règles actuelles du tetherball. C’est un jeu d’extérieur, de 2 à 6 joueurs, qui se joue avec des règles similaires aux anciennes règles, sauf que la balle est un ballon et qu’il se frappe avec les mains. Chaque équipe est composée de 1 à 3 joueur(s) et la partie se joue en 10 points.

 [3]

L’histoire du tetherball est assez semblable à celle du speed-ball. L’une des premières utilisations du mot date de l’édition du 28 mars 1881 du magasine The Sun (page 1). Alors que le badminton pratiqué en Angleterre n’avait pas encore traversé l’Atlantique, le tetherball semblait déjà importé depuis un an (donc en 1880) et annonçait des débuts prometteurs. Il s’agissait alors de jouer avec les anciennes règles. Le New York Times du 9 octobre 1892 présente la même version du tetherball.

C’est au tout début du XXe siècle que l’on entendit réellement parler du tetherball en Amérique du Nord.
 [4] [5]

.
.
Les guides officiels du tennis de 1899 et 1900 avaient inclus cette activité dans les pratiques connexes au tennis. L’édition de 1899 parle d’une importation vers l’Amérique du Nord l’année précédente (donc en 1898), il y a donc un décalage avec les propos du Sun. Ici il est question d’un mât de 3m60 de haut (12 pieds). Les anciennes règles sont encore de vigueur.

 [6]

L’édition de 1900 n’apporte pas d’information supplémentaire, mais il y une chose très intéressante à noter, c’est que l’image utilisée pour présenter le tetherball est pratiquement la même que celle utilisée pour les règles du jeu du spirobole que nous avons trouvées dans un kit de spirobole (Article spirobole), sauf qu’elle a été retournée horizontalement ! Cela nous indique que tetherball et spirobole ont un jour été complètement assimilés l’un l’autre, pour se diviser par la suite.

 [7]

Plusieurs sources datant des années 1900 confirment que le tetherball s’installe définitivement en Amérique du Nord ; on trouve une explication du tetherball dans The Houma Courrier, The Pacific Commercial Advertiser, Harvard Lampoon. Ce dernier affirme que le tetherball (ou tether ball) a été inventé par M Lehmann de l’université d’Oxford, ce qui est sûrement exagéré, peut-être l’a-t-il seulement remis au goût du jour.

 [8]

La décennie suivante, d’autres journaux relayèrent l’information aux États-Unis, comme The Iron County Register du 11 juillet 1912 (page 5), qui nous apporte pour la première fois une indication sur la frappe de la balle avec les mains. Nous citerons aussi Fulton County Tribune, The Evening World du 1 septembre 1915 (page 9), The Weekly Republican du 20 juillet 1911 (page 7). Le premier indique comment fabriquer le mât, la balle et les raquettes de tetherball. Le second appuie le fait que le tetherball peut être pratiqué presque n’importe où du fait du peu d’espace qu’il nécessite. Le dernier montre l’intérêt du tetherball pour une population citadine.

 [9]

Beaucoup plus tard, la revue Popular Science ou PopSci [10] publie en mars 1954 un article consacré à la fabrication du tetherball, désormais compris comme une activité physique qui se joue à la main.

Ce sport est assez populaire aux États-Unis, à tel point qu’il a donné son nom à une protéine permettant de lutter contre le sida, la « tetherine ».

Selon le docteur Edward Howley, une heure de tetherball dépenserait autant de calories qu’une heure de tennis en double, de badminton de loisir ou de skateboard.

Pour suivre l’actualité du tetherball, vous pouvez suivre la page Facebook de l’Association Mondiale de Tetherball. Un autre site semble spécialisé dans cette activité.

Notes


[2Games for the playground, home, school and gymnasium, Jessie H. Bancroft, éd. Macmillan, 1909, p.409

[3Images 1 et 2 : Hopscotch, Hangman, Hot Potato, & Ha ha Ha : A rulebook of children’s Games, Jack Maguire, éd. Simon and Schuster, 1990, p. 177.

[4Image 3 : The Sun (New York), 28 mars, 1881, page 1.

[5Image 4 : Wright and Ditson’s Official Lawn Tennis Guide, éd. Wright and Ditson, 1899, couverture.

[6Image 5 : Wright and Ditson’s Official Lawn Tennis Guide, éd. Wright and Ditson, 1899, p.219.

[7Image 6 : Wright and Ditson’s Official Lawn Tennis Guide, éd. Wright and Ditson, 1900, p.186.

[8Images 7, 8 et 9 : The Houma Courier (Houma, Louisiane), 14 juillet, 1900, page 6 ; The Pacific Commercial Advertiser (Honolulu, Hawaii), 10 novembre, 1900, page 9 ; Harvard Lampoon (Cambridge, Massachusetts), série 2, volume 40, 19 octobre, 1900, page 24.

[9Image 10 : Fulton County Tribune (Wauseon, Ohio), 1 mai, 1914, page 8).

[10Popular Science, Bonnier Corporation, vol. 163, n°3, mars 1954, pp. 230-232.

Previous post

Le Simple

Next post

Le Speed-Ball

The Author

AFSB - TL

AFSB - TL

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *